AnimeLand (06/2003)

From JoJo's Bizarre Encyclopedia - JoJo Wiki
Jump to navigation Jump to search
Published June 1, 2003
AnimeLand Logo

A French interview with Hirohiko Araki from the AnimeLand website, posted on June 1, 2003.

Interview

AnimeLand: Could you enlighten us on the genesis of JoJo?
Hirohiko Araki: Originally, there was this idea of the succession between generations, a father/son heritage. Then I wanted to show traveling heroes who would fight to defend humankind. The idea of successive generations was inspired by The Godfather saga (Brian de Palma) or East of Eden (Eliat Kazan): family stories, where the action is happening across several generations. At a very young age, I had been touched and inspired by these movies that all became classics.
A.L.: Did you have some idea of what each part would be in advance, or did your original ideas change as time passed?
H.A.: At the very beginning, everything was set around fights, ratios of power. Then, as time passed, everything became more “spiritual”, with a greater place made for ideas like friendship. At the graphic level, the first series showed off very “macho-man” type heroes with over-proportioned muscles. Then the characters became slimmer, more elegant too.
A.L.: What do you think about the Western translation of JoJo: does the term “bizarre” look appropriate to you? And if yes, what aspect of your work does it reflect?
H.A.: Indeed, the Japanese title would translate closer to “amazing”, or “marvelous”. But really, what I wanted to express in this manga is something really different, something strange, bizarre. So, in the end, the translation is rather spot on (smile). I think this feeling is reflected in some respects or situations in the manga: the unforeseen turnabouts, the way the facial expressions change, distort themselves, the hidden personality of some characters…
A.L.: How did the idea of the "Ripple" and then "Stand" come to you?
H.A.: For the Ripple, the idea was that of an indirect force, a force striking from a distance like in the water for instance: if I hit the surface of a calm water, I indirectly affect the surroundings thanks to the residual ripple. For its part, the Stand is something a Westerner may find difficult to envision. It finds its origin in Shintoism: the spiritual essence of our ancestors protects us, in fact each and everyone of us is permanently protected. Without being a Shintoist myself, I know the Japanese culture and philosophy well for being born into it, so I am influenced by them in my creative work.
A.L.: You seem to like gore and often draw characters having the ability to regenerate from wounds. Is it an homage to this cinema genre, and to "The Thing" from John Carpenter?
H.A.: Oh I like this genre a lot, but also comics and TV series. John Carpenter, De Palma… their work interest me a lot, I study them a lot, I saw them all. Now, about The Thing, one shouldn’t forget that the first volumes of JoJo go back to the 80s, I probably had the idea before seeing this movie.
A.L.: They say that you are a big fan of Western culture, be it classical or modern?
H.A.: Yes, I have a big interest in art, in impressionism, in contemporary art, or illustrations? I study all of it too, and it greatly influences my work.
A.L.: In your mind, does it explain the success of JoJo in the West?
H.A.: Well, to become a mangaka, you must study a lot, learn many different things: in a way, you must know everything, from Jangaya to Spielberg.
A.L.: Each JoJo has some similar characteristics: an impeccable morale fiber, temerity, selflessness, a perfect physical appearance, a great strength. Have you never been tempted to give life to an anti-hero?
H.A.: No. For me, a hero must be clean, just, at least that is the idea. He can have a mean look, be dangerous, go through difficult times, but his heart stays pure, and never will he do something dishonest. He’d never attack a woman or a child, that’s his main trait.
A.L.: Jojo is also one of the few manga to draw the death of its hero in a gory way. (see Zeppeli's death who was cut in half).
H.A.: To protect someone, a real hero must sacrifice himself, even if his death makes no doubt: That is also a heritage from Japanese philosophy. A hero doesn’t seek money, he becomes what he is to save someone else, he’s honest, charitable. The more horrible his death is, the worthier his sacrifice is.
A.L.: About morality, we have the impression of “moral” battles, more than real battles in JoJo.
H.A.: It is a symbol, linked to the way the hero manages to vanquish evil. Basically, there are three types of character in JoJo: the good, the bad and the undefined ones (at least momentarily, an aggressive character can reveal himself as a good one). Even the “bad” characters have a reason for acting, there is always a reason justifying their misdeeds. And we should present the circumstances that pushed the individuals to turn to the dark side to the reader.
A.L.: JoJo also reflects your passion for magic, illusionism…
H.A.: Yes, I never miss a magic show in Japan! Lance Barton, David Copperfield: you know, that trick where he makes a motorcycle disappear… It interests me a lot, I make a big effort to decipher how they do all that! It also gives me inspiration.
A.L.: Just like the creation of Zeppeli’s character?
H.A.: Yes (laughs)!
A.L.: And do you practice magic?
H.A.: I know a few tricks, and I know how to make a coin disappear. (laughs)
A.L.: JoJo’s Bizarre Adventure has been compared to Hokuto no Ken: what do you think about it?
H.A.: Tetsuo Hara is one of my friends, we often dine together. He completely revolutionized the way the human body was represented in manga, thus he also influenced me in this level.
A.L.: Do you talk about your respective works when you see each other?
H.A.: In fact, being both professional mangakas, we avoid talking about our jobs.
A.L.: Can you see that Jojo is full of nods to Hokuto no Ken?
H.A.: In the first chapters, yes, because of the masculine bodies and the gory effects… But not now.
A.L.: About your work on the heroes’ appearance, what are your influences outside of manga?
H.A.: I constantly read anatomy books or écorchés, to study the structure of bones and muscles. I have been very impressed by the Palazzo Vecchio museum in Florence, Italy. I bought books about it on the subject.
A.L.: Sculpture too? There are works in this museum showing poses that’d remind people of your work…
H.A.: Yes, definitely, and I like the Rodin museum here in Paris. I’ve assisted to posing séance here, and it touched me a lot.
A.L.: To finish, it seems there are several levels of reading in Jojo, and everyone can appreciate the manga in their own way depending on the age. To whom do you prioritize JoJo for?
H.A.: Currently in Japan, I am asked to write stuff for a younger audience (less than 15 years old), in a cute, “kawaii” way… It really flies over my head, in fact. To write something good, you must above else be able to understand it and to appreciate it.
A.L.: Interestingly, JoJo’s Bizarre Adventure seems to please the French female readership whereas it was destined to a male readership. What can justify that in your mind?

H.A.: Well, maybe because my heroes all are beautiful boys! (laughs)
[Translated by Nabu (JoJo's Bizarre Encyclopedia)]

ARAKI Hirohiko : Exposed
AnimeLand : Pouvez-vous nous éclairer sur la genèse de Jojo ?
ARAKI Hirohiko : En premier lieu il y avait le concept de succession des générations, l’héritage père/fils. Ensuite, je voulais mettre en scène des héros voyageurs qui se battraient pour défendre l’humanité. L’idée des générations successives m’a été inspirée par la saga du Parrain (Brian DE PALMA), ou A l’Est d’Eden (Eliat KAZAN) : des histoires de familles, dont l’action se déroule sur plusieurs générations. Très Jeune, J’ai été touché et inspiré par tous ces films devenus des classiques.
A.L. : Aviez-vous une idée de ce serait chaque saison à l’avance, ou votre idée première s’est-elle modifiée au fur et à mesure ?
A.H. : Au tout début tout était axé sur le combat, les rapports de force, puis, au fil du temps, tout est devenu plus “spirituel”, avec une grande place faite à des valeurs comme l’amitié. Au niveau graphique, les premières séries mettaient en scène des héros très “machos” aux muscles surdimensionnés. Puis les personnages sont devenus plus fins, plus élégants aussi.
A.L. : Que pensez vous de la traduction occidentale du titre de Jojo (1) : le terme bizarre vous parait-il approprié ? Et si oui, quel aspect de votre travail reflète-t-il ?
A.H. : En effet, le titre japonais se traduirait plus par “amazing” : étonnant, merveilleux. Mais justement, ce que je tenais à exprimer dans ce manga est réellement quelque chose de différent, d’étrange, de bizarre. Donc, en définitive, la traduction est plutôt juste (sourire). Je pense que cette sensation se reflète dans certains aspects ou situations du manga : les retournements de situation imprévus, la façon dont l’expression des visages change, se déforme, la personnalité cachée de certains personnages…
A.L. : Comment vous est venu l’idée de l’Onde, puis du Stand ?
A.H. : Pour l’Onde (ou Hamon), l’idée de départ était celle d’une force indirecte, une force qui frappe à distance, comme dans l’eau par exemple : si je frappe une surface d’eau calme, j’affecte indirectement les alentours grâce à l’onde résiduelle.
Le stand, quant à lui, est peut-être quelque chose de difficile à appréhender pour un occidental. Il trouve son origine dans le shintoïsme : l’essence spirituelle de nos ancêtres nous protége, en fait chacun de nous est protégé en permanence. Sans être moi-même shintoïste, je connais bien la culture et la philosophie japonaise pour y être né, je suis donc influencé par elles dans mon travail de création.
A.L. : Vous semblez beaucoup apprécier le gore et mettez souvent en scène des personnages possédant la capacité de se reconstituer après blessure. Est-ce un hommage à ce cinéma, et au The Thing de John CARPENTER ?
A.H. : Oh, j’aime beaucoup ce genre de cinéma, mais aussi les comics, et la télé. John CARPENTER, DE PALMA… leur travail m’intéresse énormément, j’étudie beaucoup tout cela, je les ai tous vus. Maintenant, concernant The Thing, il ne faut pas oublier que les premiers volumes de Jojo remontent aux années 80, j’avais probablement eu l’idée avant de voir ce film.
A.L. : Il parait d’ailleurs que vous êtes un grand fan de culture occidentale, classique ou moderne ?
A.H. : Oui, je m’intéresse beaucoup à l’art en général, qu’il s’agisse d’impressionnisme, d’art contemporain ou d’illustration. J’étudie tout cela également, et ça m’influence dans mon travail.
A.L. : Cela peut-il expliquer, à votre avis, le succès remporté par Jojo en occident ?
A.H. : Eh bien, pour devenir auteur de manga au Japon, il faut étudier énormément, apprendre beaucoup de choses très différentes : en quelque sorte, il faut tout connaître, de JANGAYA à SPIELBERG.
A.L. : Tous les héros de Jojo ont certaines caractéristiques communes : morale impeccable, témérité, don de soi, plastique parfaite, force incommensurable. N’avez-vous jamais été tenté de donner vie à un anti-héros ?
A.H. : Non. Pour moi, un héros doit être propre, juste, du moins c’est l’idée que je m’en fais. Il peut avoir l’air méchant, dangereux, il peut traverser des moments difficiles, mais son coeur reste pur, et jamais il ne ferait quelque chose de malhonnête. Jamais il ne s’attaquerait à une femme ou à un enfant, voila son principal trait.
A.L. : Jojo est également un des seuls manga à mettre en scène la mort de ses héros de façon très gore. (voir la mort de Zeppelli, coupé en deux).
A.H. : Pour protéger quelqu’un, un vrai héros peut avoir à se sacrifier, même si sa mort ne fait aucun doute : c’est là aussi un héritage de la philosophie japonaise. Un héros ne cherche pas l’argent, il devient ce qu’il est pour sauver autrui, il est honnête, charitable. Plus sa mort est horrible, plus son sacrifice prend de la valeur.
A.L. : Parlant de valeurs morales, on a d’ailleurs l’impression d’assister à des affrontements “moraux”, plus qu’à de réels combats dans JoJo.
A.H. : C’est une symbolique, cela a trait à la façon dont le héros arrive à vaincre le mal. Il y a très basique ment trois archétypes de personnage dans Jojo : les gentils, les méchants, et les personnages indéterminés (du moins momentanément, un personnage apparemment agressif pouvant se révéler être un gentil par la suite). Même les personnages “mauvais” ont une raison de mal agir, il y a toujours une raison qui justifie leurs exactions. Et il faut présenter au lecteur les circonstances qui ont poussé ces individus à se tourner du mauvais coté.
A.L. : Jojo reflète également votre passion pour la magie, l’illusionnisme…
A.H. : Oui, je ne rate jamais un show de magie, au Japon ! Lance BARTON, David COPPERFIELD : vous savez, par exemple, ce tour ou il fait disparaître une moto…Ça m’intéresse beaucoup, je me donne du mal pour essayer de comprendre comment ils font tout ça ! Cela me donne également de l’inspiration.
A.L. : Comme pour la création du personnage de Zeppelli notamment ?
A.H. : Oui (rires) !
A.L. : Et vous, pratiquez-vous la magie ?
A.H. : Je connais quelques tours, je sais faire disparaître les pièces de monnaie (rires)
A.L. : Jojo’s bizarre adventure a souvent été comparé à Hokuto no Ken : qu’en pensez-vous ?
A.H. : HARA Tetsuo est un de mes amis, nous dînons souvent ensemble. Il a complètement révolutionné la représentation du corps humain dans le manga, il m’a donc influencé également à ce niveau.
A.L. : Parlez-vous de vos travaux respectifs quand vous vous voyez ?
A.H. : En fait, étant tous deux des professionnels du manga, nous évitons de parler boulot.
A.L. : Et peut-on dire que Jojo’s est émaillé de clins d’oeil, à HNK ?
A.H. : Dans les premiers épisodes, oui, au niveau des corps masculins et des effets gore… Mais plus maintenant. A.L. : Toujours en ce qui concerne votre travail sur la plastique de vos héros, quelles sont vos influences, hors manga ?
A.H. : Je consulte en permanence des livres d’anatomie, des écorchés, pour la structure des os et des muscles. J’ai été très impressionné par le musée Palazzo Vecchio à Florence, en Italie. J’y ai acheté des ouvrages sur le sujet.
A.L. : La sculpture également ? Il y a des oeuvres dans ce musée démontrant des poses très caractéristiques de votre travail…
A.H. : Oui, tout à fait, et j’aime également beaucoup le musée RODIN, ici à Paris. J’ai assisté à des séances de pose, cela m’a beaucoup touché.
A.L. : Pour finir, il semble qu’il y ait plusieurs niveaux de lecture dans Jojo, et chacun peut selon son âge, apprécier ce manga à sa façon. A qui destinez-vous Jojo en priorité ?
A.H. : Actuellement au Japon, on me demande d’écrire des choses pour un public plus jeune (moins de 15 ans), dans un esprit très mignon, très Kawaii… Mais tout cela est très loin de moi, en fait. Pour écrire quelque chose de correct, il faut avant tout être capable de le comprendre et de l’apprécier.
A.L. : Chose étonnante, Jojo’s Bizarre’s adventure semble beaucoup plaire aux lectrices françaises, alors qu’il semblait destiné avant tout à un public masculin.
Qu’est-ce qui peut justifier cela, à votre avis ?
A.H. : Eh bien, peut-être le fait que mes héros sont tous très beau garçon ! (Rires)

Remerciements pour la traduction à M. OGII Michael-Akira, organisateur de l’exposition. [1]

References

Site Navigation

Other languages: